Salut Philippe, nul changement n'est possible sans une part
d'acceptation de ce que nous prétendons vouloir nous débarrasser.notre
symptôme nous tient dans ses griffes tout autant que nous le lacherons
pas sans frémissement , ne l'avons pas nous même conçu.sinon c'est la
violence qui surgit et le passage à l'acte est loin d'être un
changement  de paradigme.
Participation gerard Tixier ami psychiatre Psychanalyste