Le silence n’est pas le contraire du bruit : il y a une puissance du silence qui vient nourrir notre vérité intérieure et qui est lié à notre être profond.
Philippe Simon souligne que le silence qui peut être conscient ou inconscient a une signification en analyse même si le patient ne la connaît pas. La sortie du silence va faire émerger une émotion. Cette gestion du silence est subtile pour le psychanalyse.Selon lui, il ne faut pas vouloir à tout prix combler ce silence.

En méditation seul ou en groupe : le Silence est cette conscience paisible et aimante qui accepte ce qui est ; il nous permet de rentrer en contact avec cette pure conscience d’être.
Dans le monde moderne nous sommes en connexion permanente Avec un monde fait d’images de sous nous sommes dépendants de la technologie et nous sommes dispersés, décentrés . Il est important chaque jour de pouvoir renouer avec le silence à travers une promenade dans la nature ou une méditation.

Le silence est une éducation de l’esprit ; il nous fait prendre conscience de notre dimension dans l’univers ; Il est le lien avec notre essence divine.Il y a un entraînement au silence pour rester dans une attitude sans produire une seule parole ou pensée.
Le silence authentique est une porte ouverte au dialogue avec l infini.
Toute symphonie naît uniquement grâce à la rencontre entre un silence et une harmonie.
La pratique du silence va amener des changements tangible en nous notamment la fonte de l ‘ego et l’ouverture à la dimension du cœur.
Dans le silence le temps est comme suspendu et l’espace infini.

Itshaq va développer que selon la Torah
-On n’a pas trouvé mieux pour le corps que le silence / importance du silence et du corps dans le service de Dieu .
-le bouclier de la sagesse est le silence qui précède et protège la sagesse.

L ensemble de nos réflexions sur le silence nous a amenés à choisir l ‘interprétation comme prochain thème .
Léa